Téléchargement en cours...Veuillez patienter

LE COUVENT DES CAPUCINS 1853-1864
>le père Isidore  > le cloître > Léon Dehon  > Frédéric Jansoone


> télécharger  Telecharger Real player gratuit

DOCUMENTS   AUDIO > Conférence de Mgr Dupont enregistrée le 30 Mars 1966 
                              >    La création du couvent des Capucins

Les Capucins  Jacques Dehaene  Paul-Alphonse Baron   Charles Delannoy  Gaston Gars1923-1932
Daniel Allaert 
Théodore Bogaert 1Gérard Robitaillie  Albert Braems   
La chapelle  3Diaporama


retour-accueil

Vers 1860, des Capucins Belges prêchaient en Flandre avec un succès considérable. 
L’archevêque, Monseigneur Régnier, en avait eu des échos. Il devint enthousiaste quand il fut lui-même témoin de leur extraordinaire influence. 


C’était à Morbecque, en 1851. Monseigneur présidait la bénédiction d’un calvaire érigé en souvenir de la Mission que venait de donner les Capucins.Les religieux avaient littéralement remué toute la paroisse : les plus durs pêcheurs s’étaient convertis;

tous les habitants du hameau du Parcq, qui s’étaient laissés entraîner dans une religion nouvelle prêchée par un fanatique étaient revenus au catholicisme et il y avait même eu une abjuration solennelle devant tous les fidèles rassemblés. 


Monseigneur Régnier

haut de page


A la bénédiction du calvaire, Monseigneur entendit parler le Père Isidore Declercq van Sleidingen (1805-1860) , un Capucin de Bruges.
Il ne comprit pas un mot car le sermon était prononcé en flamand.
Mais quand il vit la foule éclater en sanglots, il se dit : " Il faut que j’aie de tels religieux dans mon diocèse" 
Et il chargea l’archiprêtre d‘Hazebrouck de les y faire venir. L’Archiprêtre parla du projet à Monsieur Dehaene qui fut conquis d’emblée. 

1853
: Une ordonnance du 18 Novembre 1853 chargea MM Legrand, archiprêtre de Merville, Devulder, curé doyen d'Hazebrouck Markant, curé doyen de Morbecque, Dehaene, principal du collège d'Hazebrouck, Bernast, propriétaire à Morbecque,  du temporel des Capucins. Un terrain fut acheté. 

 pere-raphael.jpg (58580 octets)
Le père Raphaël d'Aire
cliquez pour agrandir


haut de page

Ce terrain est évoqué par le père Alfons, gardien à Edingen (village du Hainaut) après sa visite à Hazebrouck le 17 octobre 1853:
" Le terrain se trouve à environ 7 minutes de la ville, à côté d'un chemin. Il parait que dans quelques années, toute cette partie sera comblée de maisons... derrière le terrain il y a encore un chemin vers la gare. Le chemin de fer*  passe à environ 3 minutes...." 
* N.B. le premier train passa à Hazebrouck en 1848.

Le 26 Novembre 1853, Le père Isidoor Declerq de Heilinge (1805-1860), le père Angelus van der Heijden van Berlicum(1824-1897) et le frère Bernadin De Stoop van Ledegem (1815-1875) prirent possession de leur domicile provisoire.  Il s'agissait d'une maison d'argile qui comprenait deux pièces. L'une servait de chambre et d'oratoire, l'autre de cuisine, de réfectoire et de salle de réception. 
Le père Isidore raconta que tout le monde n'était pas charmé de leur venue mais qu'ils étaient très bien reçus par la bourgeoisie et les gens pauvres...

Jacques Dehaene
Jacques Dehaene
(1809-1882)

haut de page


AGRANDIR St Antoine
Saint-Antoine-1854

1854: Les plans de l'Église furent dessinés par l'architecte Léonard Barbier de Bruxelles. L'Église aurait 30 mètres de long, 10,50 mètres de large et 14,80 mètres de haut. Le couvent serait bâti selon la tradition des Capucins et comprendrait 30 cellules de 2,25mètres par 2,25. 
Les plans furent ratifiés les 4 et 7 Mars 1854 et le 28 Avril 1854 l'archevêque, Monseigneur Régnier  vint à pied de la paroisse d'Hazebrouck pour poser la première pierre. 
Il était précédé de la fanfare municipale, des pompiers d'Hazebrouck, des élèves du collège et du clergé de la ville. 
La chapelle consacrée à St Antoine de Padoue, le couvent et la cloche furent  bénis le 17 Octobre 1854. 
Les Capucins s’installèrent dans leur nouvelle résidence le 20 Novembre 1854. 

la statue ci-contre représentant St Antoine fut détruite lors de l'incendie de Juin 2008

haut de page


AGRANDIR Le Cloitre des Capucins 1854-1929
Le cloître du Couvent des Capucins(1854-1929)
        La tombe du Père Isidore (1805-1860)

Autour d'un petit jardin, servant de cimetière, il y avait le cloître, et dans le cloître s'ouvraient les pièces du rez-de-chaussée parloir, chambres de réception, lavoir, réfectoire, cuisine, chapitre. A l'étage, il y avait l'infirmerie, l'appartement du P. Provincial, la bibliothèque et 31 cellules de religieux. 
Leur Supérieur était le Père lsidore, le prestigieux prédicateur de Morbecque, dont le corps repose toujours dans le jardin du cloître de Saint François. Les pères Capucins évangélisèrent les paroisses des environs. En décembre 1854, ils prêchèrent la mémorable neuvaine qui précéda la proclamation du dogme de l'Immaculée -Conception. 
Les religieux prêchèrent maintes fois au collège communal et en 1860 les instructions faites par le Père René remuèrent profondément les élèves. 

 

 


haut de page


R.P. Léon DEHON, fondateur de la Congrégation des Prêtres du Sacré-Coeur de Saint-Quentin, dont la cause est introduite à Rome. fondateur et premier supérieur.    
Né à La Capelle (Aisne) le 14 mars 1843. Entré au collège de Monsieur Dehaene, en"quatrième"  en 1855, il manifeste bientôt son attrait pour la vie sacerdotale. Opposition de sa famille. Pour obéir à son père, il suit dès sa sortie du collège, les cours de  la Faculté de Droit, et, une fois inscrit comme avocat au Barreau de Paris, il reprend sa liberté: il entre au Séminaire français de Rome en 1864.Ordonné prêtre le 19 décembre 1868, il retourne dans son diocèse, et il est nommé vicaire à la basilique  de Saint-Quentin (Aisne), où il se fait remarquer par son zèle apostolique.

Du 1er octobre 1855 jusqu'en août 1859 Léon Dehon fréquente le collège municipal d'Hazebrouck (département Nord, près de la frontière belge-française), une école passée sous la direction des prêtres diocésains des Flandres.


Léon Dehon en 1859
 (1843-1925)

"C'est la grâce maîtresse de ma vie. J'en louerai Dieu toute ma vie."
 
Chaque fois, plus tard, que Léon Dehon se souvient de cette époque, il le fera avec grande reconnaissance. 
Selon les archives de Saint-François, Léon Dehon   collectionnait Prix et Accessits dans toutes les matières et il était l'élève le plus brillant de sa classe. En 1960 une demande de canonisation a été introduite. Peu avant sa mort, en 1925, il évoque sous le titre
"Les groupes où j'ai été édifié" 
mais aussi le "groupe d'Hazebrouck: M. Dehaene, mon supérieur et directeur; M. Boute, le meilleur des professeurs, quelques condisciples: Vasseur, Laenhouder, Dassonville, Van de Walle ... les trois premiers sont devenus prêtres. La Providence m'avait conduit dans ce pays de foi pour que j'y trouve la vocation." (NQ XLV/33f)


Léon Dehon
admet tout à fait clair que sa vocation a été bien préparée par plusieurs facteurs: 
"Je reste confus de reconnaissance quand je vois comment N.S. a préparé et conservé merveilleusement ma vocation. Il m'avait mis dans un milieu favorable pour la faire naître."
(NHV I 28v)

 

La chapelle des Capucins -1854
La chapelle des Capucins dédiée à Saint-Antoine (1854)
cliquez pour agrandir

"Le premier appel divin est obscur. Dès la première année j'eus parfois la pensée du sacerdoce. A la seconde retraite ma détermination était prise. Elle s'affermit à la nuit de Noël." (NHV I 28v)
Au sujet de cet office de minuit dans le monastère des capucins Dehon écrit:
  "Comme enfant de chœur j'allai assister à l'office de minuit chez le capucins. Je reçus là une des plus fortes impressions de ma vie. N.S. me pressa fortement de me donner à lui." (NHV I 26r)
"Ce qui m'attirait dans la vocation, c'était à la fois l'attrait de l'union avec N.S., le zèle pour le salut des âmes et le besoin des grâces abondantes pour me sauver."
(NHV I 29r)

Chanoine honoraire de Soissons dès 1874, et aumônier des Religieuses Servantes du Sacré-Coeur il prend goût à la vie religieuse. Encouragé par son Évêque et par M. Dehaene, son ancien supérieur au collège d’Hazebrouck, il s’essaye à ce genre de vie. Un an plus tard, le 28 juin 1878,il se consacrait définitivement par les vœux de religion à la vie d’amour, d’immolation, de réparation envers le Sacré cœur — dans la chapelle du collège Saint-Jean qu’il venait de fonder pour les jeunes gens de la ville —. en présence d’un Vicaire général spécialement délégué à cet effet par son Évêque.

La même année (1878), tout en conservant la direction de son collège Saint-Jean (qu’il gardera jusqu’en 1896), il fondait, à Saint-Quentin, une seconde maison sous le patronage du Sacré-Coeur. Ce fut le berceau de la Société des Prêtres du Sacré-Coeur, qui compte aujourd’hui (en 1930), répartis en 4 provinces, 916 religieux occupant 35 maisons ou travaillant dans 10 missions, dont 2 vicariats apostoliques et 3 préfectures apostoliques. Après avoir assisté à ce rapide développement de sa Congrégation, approuvée canoniquement par Pie X en 1906, le TRP Dehon s'éteignit doucement à Bruxelles le 12 Août 1925. 

liens Internet

>
http://www.leodehon.com/000000973f0f18188/00000097410fd2c07/index.html
> http://dehon.info/franais/hazebrouck/index.html
>  http://www.scj.org/scj_homp/we-scj/ljd13.html
> http://dehon.info/franais/hazebrouck/college/index.html

Léon Dehon sur facebook: https://www.facebook.com/pages/L%C3%A9on-Dehon/330643300371734?fref=ts


haut de page


Frédéric Janssonne
Frédéric Jansoonne
1838-1916

Le R.P. Frédéric JANSOONE
 Frédéric Jansoone fut élève du Collège municipal d'Hazebrouck d'Octobre 1852 à Juillet 1854 puis d'Octobre 1854 à 1856 à l'institution Notre Dame des Dunes à Dunkerque qu'il dut quitter à la mort de son père.
L'abbé Jacques Dehaene dirigea le collège municipal d'Hazebrouck de 1838 à 1865 mais fut également l'un des fondateurs  du collège de Dunkerque. Les liens unissant les deux collèges furent importants pendant de longues années. (source:Jacques Dehaene et la Flandre, J. Lemire 1893) 
Apôtre du Canada né à Ghyvelde le 19 novembre 1838; profession à Amiens le 18 juillet 1865; ordonné prêtre à Bourges (Cher) le 17 août 1870 ; aumônier militaire à l’ambulance du pensionnat des Dames du Sacré-Coeur, à Bourges, en 1870 sous-maître  des novices, à Brandy (Cher), en mai 1871; supérieur du couvent de Bordeaux en février 1873 ; directeur de la Revue Franciscaine en juillet 1874
; départ pour la Terre sainte le 9 mai 1876; vicaire-custodial de Terre-Sainte, 1878-1888 commissaire de Terre-sainte, 1888-1916 restaurateur des Franciscains au Canada, où il est attaché au couvent des Trois-Rivières en 1889. Apôtre zélé, prédicateur infatigable, mort en odeur de sainteté à Montréal le 4 août 1916 et inhumé aux Trois-Rivières le 7 août 1916.
Il a été béatifié par le Pape Jean-Paul II le 25 septembre 1988. 
Une délégation emmenée par M.Bailleul, directeur du collège et lycée Saint-Jacques  fit le déplacement à Rome afin que Saint-Jacques soit présent aux cérémonies.

F. Jansoone sur facebook: https://www.facebook.com/pages/Le-Bon-P%C3%A8re-Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Janssoone/197975710273738


Les Capucins vivaient d'aumônes. Mr Dehaene leur envoyaient tantôt des livres pour les rayons de leur bibliothèque, tantôt des provisions. Les Capucins avaient grande réputation dans les villages environnants. Ceux qui les entendaient prêcher désiraient voir leur couvent, visiter leur chapelle, assister aux offices.  
Le 12 juillet 1859, pendant la neuvaine de Notre-Dame des Miracles, plus de 5000 pèlerins, tous à pied, firent leur entrée à St Omer, ayant à leur tête les 10 Capucins du couvent d'Hazebrouck.  
On apprit ce jour là que la paix entre la France, l'Autriche et l'Italie avait été signée. Sur un  geste du père Camille, les pèlerins tombèrent à genoux en pleine rue et chantèrent le Magnificat.  Mais les Capucins ne devaient rester que sept années dans leur couvent de la rue Warein. Ils furent les victimes de l’hostilité du gouvernement impérial envers Monseigneur Régnier, coupable, aux yeux de l’empereur, de ne pas approuver sa politique vis à vis des États du Pape.

Par décision préfectorale les Capucins furent expulsés de France comme faisant partie d'une Congrégation non autorisée et le 5 avril 1861, l'Église était déjà fermée.  Le Samedi 6 Avril 1861, Les 4 Pères Capucins, Camille, Anselme, Pascal et Ignace, accompagnés de six frères retournèrent en Belgique.  
1860: Cependant, le 30 Août 1860  Le père Isidore était décédé. Selon ses dernières volontés, il fut inhumé dans le jardin du cloître. Cependant sa pierre tombale indique la date du 20 Août ...

Acte de décès du père Isidore

L'an 1860, le 31 Août à 9 heures du matin par devant nous Pierre Joseph Thibaux adjoint remplissant par délégation du Maire les fonctions d'officier de l'état civil de la ville d'Hazebrouck, département du Nord, sont comparus les sieurs Théodore Jansen âgé de 32 ans et Pierre Naudts âgé de 36 ans, tous deux prêtres Capucins en cette ville , non parents du défunt, lesquels ont déclaré que Pierre François Declercq né à Sleydinge "Belgique" le 10 septembre 1805 prêtre Capucin, demeurant au dit Hazebrouck, fils de feue Marie Catherine Vandevoorde est décédé hier à 9 heures du soir en sa demeure de la rue de Calais ainsi que nous nous en sommes assurés, et les dits sieurs Jansen et Naudt ont en outre déclaré que les intentions du dit défunt ont été d'être enterré dans la propriété commune du couvent des Capucins sis au dit lieu rue de Calais, et ont les déclarants signé avec nous après lecture.  

AGRANDIR-Pierre tombale du Capucin Isidore
Pierre tombale du Père Isidore- Collège Saint-Jacques- 2003 
cliquez pour agrandir


haut de page

Seul pendant plus de trois ans, le père Raphaël d'Aire, de nationalité française habita le monastère qu'il dut quitter le 15 Août 1864. C'était la fin du couvent des Capucins à Hazebrouck. Le chemin de croix, les peintures, déménagèrent au couvent de Handel  (Belgique).
Le Couvent resta vide, la chapelle déserte. Monsieur Dehaene, l’un des trois propriétaires, refusa de la laisser devenir deuxième église paroissiale d’Hazebrouck. Sans le savoir, il se préparait un refuge, car lui aussi allait être bientôt la victime des tracasseries, du gouvernement.

haut de page

Sources
1 Gerbe d’or du Petit Séminaire d’Hazebrouck - Abbé E. Dhalluin, professeur au Petit Séminaire Prêtres, Religieux, Missionnaires Publié en 1930
2 "Le père Raphaël" Document traduits du Flamand, Bibliothèque de Bruges, Belgique. 
3 L'abbé Dehaene et la Flandre, Abbé J. Lemire (1891)
4 Archives de la ville d'Hazebrouck  
5 site internet du sacré coeur dehonien: http://www.scj.org/scj_homp/we-scj/ljd13.html

Accueil